Pavarti – Clos

Sculpteur Philippe Buil

2014 – série Kouros – Bronze, Acier & Aluminium (h 50cm)

Même après tant d’années, j’ai ce bonheur merveilleux lorsque je ferme mes yeux, de pouvoir te retrouver dans les moindres détails. Il n’est pas de recoin que je ne puisse scruter, il n’y a pas la moindre ombre qui puisse occulter tout ton corps. Curieusement, ton visage s’est effacé. Malgré ton regard magnétique, qui me fit basculer dans les délices de tes rais ou ta bouche aux lèvres évocatrices, plus rien de tout ceci ne s’était figé en mon esprit. Mais qu’importe, tout ton corps, lui,  m’appartenait. Et quand mes yeux se refermaient, le rideau s’ouvrait sur les fantasmes que je faisais subir à ta chair.

Texte de Gilles Rossary Lenglet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s