série Belisama – Plus noir que tes yeux

Sculpteur Philippe Buil

2013 – série Belisama – Bronze (h 100cm)

Si un jour ma mémoire venait à t’oublier, si un soir mon âme n’entendait plus la musique de ton cœur ; alors j’irais jusqu’au bout du monde pour retrouver mon humanité. Ils ne comprennent pas que lorsque nous vibrons, c’est immanquablement sur tes chansons. Ta voix nous a marquée tel un fer chauffé au rouge. Mais c’est ta soif d’amour qui nous a tous pétris. Cette petite robe noire ne cachait pas un corps cassé mais sublimait une présence appelant chaque jour la passion. Je ne t’aimais pas Édith mais je suis ton enfant, je le reconnais. Grâce à toi, je ne laisse personne m’interdire le bonheur. Et si un jour ma mémoire venait à oublier, c’est que je t’ai rejointe aussi.

Texte de Gilles Rossary Lenglet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s